Les bébés doivent-ils dormir avec leurs parents les premiers mois de leur vie

Juin 22, 2020 | NOUS VOUS INFORMONS

On appelle “Co-sommeil“ ou « cododo » la pratique courante des bébés qui couchent avec leurs parents. Quelque chose qui s’est pratiqué toute la vie pour diverses raisons, et qui est recommandé par tous les experts. Mais, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi? Y a-t-il d’autres options? Quelle est la meilleure position pour le nouveau-né? Jusqu’à quel âge est-il bon que le bébé dorme dans la même chambre que ses parents? Nous avons analysé tout ce qui est en relation avec la façon dont les plus petits doivent dormir.

L’importance d’établir une routine du sommeil dès les premiers mois de sa vie

Si pour nous, les adultes, il est vital d’établir une routine correcte du sommeil afin de maintenir une hygiène qui ait un impact positif sur notre santé, imaginez combien cela peut être important dans les premiers mois de la vie d’un nouveau-né. Parce qu’il n’est pas nécessaire qu’ils atteignent l’âge scolaire pour que cela nous préoccupe, une orientation optimale dans ce domaine impliquera une obligation pour n’importe quelle mère et pour n’importe quel père.

De même que lorsqu’ils sont un peu plus âgés et essaient d’éviter le moment de la douche ou celui de se coucher, la tendance naturelle des parents lorsqu’ils entendent leurs bébés pleurer le soir est de les prendre dans le lit conjugal.

Où les bébés doivent-ils dormir?

Selon les experts en sommeil infantile, l’endroit idéal pour coucher les bébés est le berceau. Bien que nous pensions que lorsque les bébés sont seulement âgés de quelques jours, semaines ou mois cela n’a pas d’importance, le fait de les coucher avec nous peut déjà devenir une habitude pour eux, en rendant ainsi plus difficile l’inévitable séparation ultérieure. Ce n’est que dans des situations bien définies et qui, surtout, seront liées à des problèmes de santé, qu’il devrait être permis d’avoir les plus petits dans notre lit. Et bien sûr, ne jamais en faire une routine. Au fil des ans, si un enfant s’est habitué très tôt à ce que l’on accepte le “Co-sommeil“ en raison de cauchemars nocturnes par exemple, il lui sera plus difficile ensuite de dormir seul et dans sa propre chambre.  Donc, avant qu’ils puissent atteindre leurs desseins quotidiens, il faut établir une routine de sommeil pour les bébés.

En partant de l’hypothèse que la meilleure posture pour les bébés selon l’American Academy of Pediatrics est de les coucher sur le dos de manière à diminuer les risques de syndrome de la mort subite du nourrisson, établir le rituel suivant devrait prendre environ 15 à 30 minutes par jour: les coucher à la même heure, dans un berceau (ou un lit) toujours situé au même endroit, et leurs donner leurs peluches ou couvertures préférées …

Il est important de noter que les plus petits doivent toujours dormir au même endroit. Que ce soit dans un berceau pendant ses premiers mois ou dans un lit à l’âge de deux ans, ils faut qu’ils soient entourés d’une même structure qui regroupe l’emplacement, les éléments et les horaires réguliers qui l’aideront à concilier le sommeil. Et si les parents ne cohabitent pas dans le même logement, faire un effort pour qu’aux deux logements tous les facteurs soient aussi similaires que possible.

Quand doivent-ils aller dans leurs chambres ?

En ce qui concerne le débat récurrent sur le fait de dormir dans le même lit ou la même chambre que les parents, les concessions devraient progressivement diminuer jusqu’à l’âge de trois ans. A partir de ce moment de l’enfance, la cohabitation peut provoquer un mauvais développement émotionnel des plus jeunes. Leurs personnalités seraient restreintes et on encouragerait le manque de confiance en eux, rendant les enfants dépendants et avec peu d’assurance.

En limitant ce plafond à trois ans, le concept idéal à cet égard nous montre un schéma dans lequel l’enfant dort seul dans sa chambre entre 3 et 6 mois. À l’issue de cette première étape, qui favorise l’indépendance de l’enfant, l’intimité des parents est également rétablie. Après cette phase initiale, nous aborderons la suivante étape qui se situe entre 12 et 18 mois, où l’anxiété de la séparation diminuera chez les petits. Ensuite, entre 3 et 4 ans, les enfants acceptent, assimilent et considèrent comme normale cette sorte de séparation partielle avec leurs parents. Une perception qui va se renforcer avec l’arrivé de l’école et les premières amitiés.

Enfin, un paragraphe sur les peurs nocturnes. Il est bien connu que de nombreux enfants souffrent de cauchemars nocturnes, de peur de l’obscurité qui transforme n’importe quelles ombres de la pièce en énormes monstres horribles qui les font pleurer et avoir de gros chagrins. Pour atténuer ce problème tellement commun, l’aide des parents sera essentielle. Ce n’est qu’en mêlant patience, fermeté et persévérance que l’on parviendra à vaincre ces craintes et à obtenir l’indépendance tant souhaitée des petits. En peu de temps, les enfants verront leurs lits comme un château imprenable où ils seront les rois et les reines.